Les mudrâs et la gestuelle énergétique au service de l’écriture à la main

J’ai découvert les mudrâs, gestes rituels et symboliques accomplis avec les mains, lors de mes cours de yoga il y a quelques mois seulement. Mais en réalité, je pratiquais sans le savoir un mudrâ lors de mes séances de rééducation de l’écriture: yeux ouverts puis fermés, mon pouce touche chacun de mes bouts de doigts, une main après l’autre, puis les deux mains ensemble.

J’ai été très surprise de constater que le petit exercice que je proposais systématiquement aux élèves venant me consulter était en fait un mudrâ utilisé dans un kirtan triya bien connu, une méditation alliant chant et mudrâ.

Les mudrâs:

Le mot mudrâ est un terme sanscrit (langue ancienne de l’Inde) qui définit une gestuelle codifiant des positions de mains. Cette gestuelle est le fruit d’une connaissance ancestrale de la main en tant qu’outil énergétique pour entrer et agir en nous-même et sur nous-même.

Dans la tradition asiatique, les mains sont considérées comme le prolongement du cerveau et en réactivant certaines zones de la main, nous réveillons des capacités correspondantes dans notre cerveau. Suivant cette même tradition, les mudrâs conduisent à une maîtrise de soi sur les plans physique, psychique et spirituel. La simplicité de cette gestuelle énergétique offre le privilège de la rendre accessible aux enfants, aux personnes âgées et aux malades.

Les mains:

Dans son petit guide « Les mudrâs, une gestuelle énergétique » Philippe Vincent explique que la main humaine, à la différence de celle des primates, peut détendre tous les doigts. Il ajoute que grâce à l’écriture l’homme a pleinement développé la fonction du pouce et de l’index, seuls doigts capables de se dresser à la verticale successivement en tenant repliés tous les autres (essayez!). Le majeur quant à lui les coordonne dans cette même activité qu’est l’écriture.

Selon la tradition asiatique, chaque main a un rôle spécifique. Pour les Chinois, elles expriment la polarité féminine et masculine, le yin (main gauche qui transmet l’amour) et le yang (main droite qui transmet la force intérieure). La gestuelle des mains permettrait de ré-harmoniser ces deux parties opposées de nous-même et d’atteindre un certain équilibre intérieur. Il faut également savoir que chaque doigt de chaque main a une identité. Pour l’anecdote, le majeur gauche est le doigt de la paix et du bonheur 🙂 Il suffirait de le tremper dans de l’eau froide pour apaiser instantanément sa colère…

Le kirtan kriya:

Le kirtan kriya est une sorte de méditation de la tradition du yoga Kundalini (celui que je pratique…) pratiquée depuis des millénaires en Asie. Elle implique de chanter des sons en même temps que des mouvements répétitifs des doigts. C’est une pratique non religieuse qui peut s’adapter à différentes durées. Il a été prouvé que 12 minutes de kirtan kriya par jour réduit le niveau de stress et augmente l’activité dans les zones du cerveau liées à la mémoire. Des recherches ont révélé que l’utilisation de la position du doigt en combinaison avec un son améliore le flux sanguin vers des zones particulières de la partie sensori-motrice du cerveau.

Comment le pratiquer?

Avant de découvrir les mudrâs et le kirtan kriya (association de mudrâs et de sons), je proposais ce petit exercice à mes élèves afin de développer le contrôle de leurs mains et de leurs doigts ainsi que leur attention (il en faut pour ne pas sauter un doigt!). Je cherchais également à solliciter les deux hémisphères cérébraux en faisant travailler les deux mains, ce qui, on le sait, développe l’ensemble des facultés et a des conséquences sur la manière d’apprendre et de s’équilibrer intérieurement.

Le fait d’ajouter un mantra, ici c’est « Saa, Taa, Naa, Maa », joue le même rôle que celui des comptines et jeux de doigts à savoir que cela permet à l’élève de trouver une cadence, un rythme, de se concentrer et de discipliner son geste. D’un point de vue oriental, les sons stimuleraient 84 points d’acupuncture sur le palais supérieur et provoqueraient une transformation biochimique bénéfique au cerveau.

Pour toutes ces raisons, je vous propose de tester ce bel exercice au croisement entre ma pratique de graphopédagogue et celle du yoga kundalini. Un exercice de méditation à réaliser quotidiennement sur au moins 5 minutes .

Déroulé:

*Assis en tailleur ou sur une chaise les pieds au sol, colonne vertébrale droite et yeux fermés.
*Avec chaque syllabe, imaginez le son entrant par le haut de votre tête.
* Pendant deux minutes, chantez avec votre voix normale.
* Pendant les deux prochaines minutes, chantez à voix basse.
* Pendant les quatre prochaines minutes, prononcez le son en silence.
* Inversez ensuite l’ordre en murmurant pendant deux minutes, puis à haute voix pendant deux minutes, pour un total de douze minutes.
* Pour sortir de l’exercice, inspirez très profondément, étendez vos mains au-dessus de votre tête, puis abaissez-les lentement en effectuant un mouvement rapide pendant que vous expirez. Les mudras, ou positions des doigts, sont très importants dans ce kriya (voir illustration ci-dessous).

*Sur Saa, touchez vos pouces avec l’index de chaque main.     Sur Taa, placez votre majeur sur vos pouces.     Sur Naa, touchez vos pouces avec l’annulaire.     Sur Maa, touchez vos pouces avec vos petits doigts.

kirtan kriya en vidéo

Pour en savoir plus:

*Les mudrâs, une gestuelle énergétique, Philippe Vincent, éditions Le souffle d’or

Practice the 12-Minute Yoga Meditation Exercise, Alzheimer’s Research and Prevention Foundation

Publicités